Tricotage : Le pouvoir thérapeutique des fils entrelacés

Publié le : 30 novembre 20215 mins de lecture

Le tricot est une activité ancestrale qui est encore préservée intacte aujourd’hui.

Bien que le tricot ait été considéré comme une activité féminine pendant la majeure partie de l’histoire de l’humanité, de plus en plus d’hommes s’y adonnent aujourd’hui.

C’est pourquoi il n’est pas rare de voir des enfants, des jeunes, des adultes et des personnes âgées des deux sexes se consacrer à l’apprentissage de cet art.

Plusieurs études ont montré que cette forme d’artisanat a des effets thérapeutiques pour ceux qui la pratiquent.

Le tricotage développe la motricité, stimule la concentration et génère des espaces de détente et de méditation.

En outre, elle est à la base de la construction d’un autre type de tissu, le tissu social, car elle agit comme un élément qui lie les personnes qui exercent la même activité collective.

La relation qui s’établit entre les tisserands est si forte que la thérapie par la laine est née dans de nombreux pays.

Ces groupes de personnes se réunissent pour tricoter afin de créer, d’apprendre des concepts sur les techniques, les matériaux, les types de tissus et les modèles à suivre.

Mais aussi pour se détendre, tisser des histoires, partager des expériences et sourire à la vie.

Le tricot améliore notre état d’esprit

Le tricot est une activité que l’on peut pratiquer partout.

Si nous le faisons seuls, nous entrerons dans un état d’introspection, nous réfléchirons, méditerons sur nos pensées les plus profondes et en tirerons profit.

Si nous faisons cette activité en groupe, nous aurons des relations avec les autres, nous nous ferons de nouveaux amis et nous favoriserons la sociabilité.

Dans les deux cas, notre cerveau libère des endorphines, qui nous détendent et provoquent une sensation de bien-être.

Certaines études dans le domaine neuroscientifique concluent que le tricot améliore de manière significative la coordination et la concentration du cerveau ; de plus, plus le motif à tisser est complexe, plus ces deux qualités augmentent. Cette activité est également très utile aux personnes ayant des problèmes de motricité ou des handicaps.

Le tricotage améliore les capacités motrices.

Il est utile aux personnes laissées handicapées à la suite d’une blessure, d’une opération ou d’une maladie telle que l’arthrose, l’arthrite ou le canal carpien.

Dans ces cas, s’il ne supprime pas complètement la douleur, il l’atténue considérablement.

Chez les enfants, il développe la motricité fine, ce qui entraîne une augmentation des aptitudes manuelles et une amélioration de l’écriture manuscrite.

Le tricot permet de se détendre et de réduire le stress.

Dans l’ère de confusion actuelle, où l’on n’a jamais le temps pour les choses qui comptent vraiment, pratiquer cette activité est un processus inventif qui présente de nombreux avantages pour la santé mentale.

Lorsque nous tricotons, les niveaux d’anxiété et de détresse sont fortement réduits sans avoir recours à des médicaments spécifiques, qui pourraient affaiblir notre organisme.

Le tricot stimule la créativité

Tout type d’activité manuelle a des effets bénéfiques sur le plan psychologique.

Ces pratiques stimulent à la fois la créativité et l’imagination.

En particulier, le tricot produit un univers de sensations : le contact, la couleur, l’odeur, la douceur et la chaleur de la laine exercent une influence positive sur notre esprit.

C’est pourquoi, en pratiquant cette activité, vous pouvez surmonter les pertes et résoudre les problèmes.

Le tricot n’est pas un simple passe-temps : Il implique de se fixer des buts et d’atteindre des objectifs.

Chaque succès, aussi insignifiant soit-il, est gratifiant.

Tout ce qui vient ensuite ne peut qu’apporter de la joie, il suffit de penser au moment où nous offrons ce que nous avons tricoté à un membre de la famille ou à un autre être cher en guise de cadeau.

Dans ce cadeau, notre temps, notre art, notre créativité et nos sentiments sont tissés dans chaque pouce de notre tissu.

Grâce à une étude récente, on a découvert que plus de 35 millions de personnes dans le monde souffrent aujourd’hui de démence.

On estime que d’ici 2050, ce chiffre triplera. Les experts recommandent des activités manuelles telles que le tricot pour lutter contre l’apparition de cette affection limitante.

Il y a quelque chose dans le tricot qui nous fait penser qu’il est possible d’obtenir ce dont nous avons besoin, même si c’est une chose difficile.

C’est alors que la sensation du temps qui passe disparaît.

Nous nous oublions et nous sentons que nous faisons partie de quelque chose de plus grand.

C’est dans cette vivacité d’esprit que réside le secret du bonheur.

Poids et mesures de la laine : comment reconnaître une création en laine de qualité ?
4 conseils pour intégrer le maxi tricot dans les looks d’hiver

Plan du site